Blog

,

Enseignement supérieur et transition écologique

Le Grand Baromètre est une initiative du collectif Pour un réveil écologique qui vise à généraliser les démarches d’évaluation des engagements écologiques des écoles et universités françaises. Ce projet consistait à diffuser largement un questionnaire d’évaluation sur l’écologie dans les établissements du supérieur et rendre publiques leurs réponses.

Pourquoi un baromètre de la transition écologique dans l’enseignement supérieur ?

Qu’en est-il aujourd’hui, que font les écoles et universités ? Les étudiants font le constat qu’ils n’ont pas une vision suffisamment claire des engagements de ces dernières sur cette question. En effet, malgré l’obligation légale, seule une centaine d’établissements ont mis en place une démarche d’auto-évaluation sur l’écologie (référentiel DD&RS). Et si certaines données existent, elles ne font que rarement l’objet d’études spécifiques pour les questions de formation à la transition.

 

Il est pourtant essentiel de faire un état des lieux si nous voulons conduire des transformations à la hauteur des enjeux.

Son objectif est de lancer des démarches d’auto-évaluation dans un maximum d’établissements pour impulser des dynamiques de changement :

  • L’auto-évaluation ouvre un espace de réflexion sur les problématiques écologiques, l’occasion de créer un dialogue porteur entre la direction, le corps enseignant, l’administration et les étudiants autour de l’écologie.
  • La démarche d’évaluation facilite aussi la construction de plans d’actions concrets dans les écoles et universités, qui ont alors des informations précises sur leurs avancées et le chemin qu’il reste à parcourir.
  • La publication des questionnaires et la centralisation sur une plateforme favorisent le partage de bonnes pratiques entre établissements, indispensable pour accélérer les changements systémiques.

Avec une meilleure information sur les écoles et université, les étudiants pourront également faire des choix éclairés sur leurs formations en prenant en compte les critères écologiques.

Enfin, plusieurs inititives nationales ambitieuses ont besoin du soutien des établissements pour assurer leur  réussite : le projet FORTES (réflexion sur le contenu des formations) et le groupe de travail porté par le Ministère de l’enseignement supérieur par exemple. Le Grand Baromètre fait connaître ces projets auprès des établissements pour fédérer et obtenir le soutien nécessaire.

 

Communication sur les résultats

Après plusieurs semaines de prises de contacts avec les établissements par les étudiants et les membre du collectif Pour un réveil écologique afin qu’ils s’engagent à répondre au #Grandbaromètre, c’est l’heure du premier bilan !

 

Une trentaine d’établissements : Universités, écoles d’ingénieurs, école de commerce, écoles d’art ect. ont envoyé leurs réponses au questionnaire du Grand baromètre qui sont consultables sur la plateforme enseignement du collectif.

 

 

suscipit ut tristique ipsum velit, felis in nunc nec elit. mi, felis